Soignants : pourquoi et en quoi faut-il les former en urgence

Face à la crise sanitaire liée au COVID19, le plan blanc a été mis en place. A quoi cela correspond-il? Il s’agit de de deployer les ressources humaines ( entre autres les soignants ) et logistiques pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle.

Les soignants identifiĂ©s sont redĂ©ployĂ©s et doivent pouvoir se former rapidement.

L’ampleur de la crise, touche tous les types de soignants dans leur réaffectation.

Ceci Ă©tait annoncĂ© par Mr Thierry Amouroux « On casera donc le surplus de patients porteurs du coronavirus dans des services non dĂ©diĂ©s habituellement aux pneumopathies», explique Thierry Amouroux

Comment se passe l’organisation du “front” en pratique?

Les professions non initialement concernĂ©es se retrouvent rĂ©affectĂ©es. La dĂ©programmation des blocs non urgents libèrent certaines infirmières IBODE (Infirmière de Bloc OpĂ©ratoire DiplomĂ©e d’Etat). Les salles de rĂ©veil se retrouvent ainsi transformĂ©es en reanimation pour faire face Ă  l’engorgement des rĂ©animations traditionnelles.

Ludivine Bonnefon Infirmière de Bloc Opératoire nous présente l’exemple du CHU de Toulouse: “nous formons un tandem avec une IADE (Infirmière Anesthésiste Diplomée d’Etat) et moi même IBODE pour nous occuper des patients réanimatoires en salle de réveil”.

Au-delà de mesures spécifiques pour le COVID à apprendre en urgence, Mme Bonnefon signale qu’il y a certains gestes spécifiques pratiqués en reanimation qu’elle n’a pas réalisés depuis longtemps et qu’elle n’a pas la possibilité de s’y reformer. Tandis que des infirmiers professionnels doivent apprendre en urgence ils doivent de surcroît reviser certaines procedures.

Certains services d’hospitalisation traditionnelle se doivent d’assurer une continuité des soins.

Ils ne peuvent pas se permettre de fermer les services comme en cancérologie ou en hémo-dialyse par exemple. Le risque supplémentaire pour ces services, particulier à la situation actuelle, est que les soignants eux-même pourraient être obligés de s’arrêter s’ils sont atteints.

La rĂ©affectation Ă  ces postes de soignants venants d’autres services ou de remplacants nĂ©cessite lĂ  aussi une formation aux gestes spĂ©cifiques pratiquĂ©s dans ces services. La polyvalence demandĂ©e en gĂ©nĂ©ral Ă  des professionnels remplacants devient la règle pour tous.

Cette situation est celle dans laquelle se retrouvent aussi les soignants volontaires de la réserve sanitaire https://www.gouvernement.fr/risques/la-reserve-sanitaire: retraités, étudiants, médecins en disponibilités, tous seront potentiellement à même de devoir réaliser des gestes qu’ils ont peu ou pas réalisés.

La complexité vient de plus de la nécessité d’être opérationnel rapidement comme en témpoigne l’appel recent de Martin Hirsch « On est dans un moment charnière, on a besoin de milliers de personnes supplémentaires auprès des malades » https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-c-est-plus-qu-un-appel-a-laide-s-alarme-martin-hirsch_3883727.html

Ce n’est pas d’ici quelques temps, c’est maintenant que les soignants doivent être prêts.

Prêts à faire face à un changement de poste avec des techniques de soins qu’ils n’ont pas appliqués depuis longtemps, et prêts à faire face aux mesures spécifiques liées au COVID.

Quelles sont les ressources de formations?

Les CHU qui en ont eu la possibilitĂ© ont assurĂ© une formation accĂ©lĂ©rĂ©e en masse: le CHU de Toulouse Ă  ainsi formĂ© 1500 soignants spĂ©cifiquement pour la prise en charge du COVID . D’autres n’ont pas eu le temps de finaliser ce processus.

Les forums ou les groupes de discussion comme brigadedesnurses, actusoins, infirmiers.com  sur facebook, ordrenationaledesinfirmiers , Coordination Nationale Infirmière et plus rĂ©cemment la plateforme spĂ©cialisĂ©e en santĂ© Agoramed http://agoramed.fr/ permet l’échange de procĂ©dĂ©s.

Certains centres postent des vidĂ©os tutorielles sur youtube pour partager les pratiques. Un important travail a par exemple Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par la SociĂ©tĂ© de RĂ©animation de Langue Francaise https://www.srlf.org/ et la SociĂ©tĂ© Francaise d’AnesthĂ©sie RĂ©animation

pour décrire les protocoles.

Le défi vient du fait que la formation doit être disponible rapidement, consultable, mais aussi facilement révisable pour le moment venu passer à l’action.

Les buts de la formation

Former un personnel de santé a pour but ultime de sauver des vies. La maitrise d’un protocole d’un geste assure la sécurité du patient et du soignant lui même

Dans le cas de la formation COVID elle est faite pour s’adapter aux cas particuliers de ces patients, dans un contexte contaminant, Ă©viter de se contaminer soi-mĂŞme et les autres.

Etre formé de facon plus générale, c’est aussi être plus serein lors de la réalisation de gestes. Le stress de nos soignants pré-existait à cette crise (2013) et se voit bien entendu renforcé du fait des conditions inhabituelles d’exercice.

Ce que REVINAX propose est un outil, ne remplacant pas l’enseignement classique, mais permettant d’apporter une part de rĂ©ponse Ă  ce besoin urgent de formation. Les situations filmĂ©es par des professionnels de santĂ© en point de vue Ă  la première personne permettent de rĂ©duire le nombre d’erreur. Nous tâchons de collecter les gestes nĂ©cessaires pour parer Ă  cette crise. 

Vous aimez cet article ?

Partagez-le sur Facebook
Partagez-le sur Twitter
Partagez-le sur Linkdin
Partagez-le par Email

A propos de l'auteur

Recevez nos articles directement dans votre messagerie...

Inscrivez-vous à notre newsletter dédiée aux technologies immersives

FR - Newsletter - LP

En soumettant ce formulaire, vous acceptez que Revinax mémorise et utilise vos données personnelles dans les conditions décrites dans la Déclaration de confidentialité.

Effectuez une recherche sur le site :