Pratique avancée, une solution d’avenir pour les soins ?

Suite à la décision de l’Assemblée Nationale, le 18 Mars 2021, de rejeter l’intégration des IADE dans les pratiques avancées, nous avons voulu nous pencher sur ce nouvel exercice de la profession infirmière qu’est l’IPA.

Au cours des 30 dernières années, la formation infirmière a beaucoup progressé : création des IFSI, du diplôme polyvalent (fin des ISP), nouveaux programmes de formation, inscription dans le système LMD et reconnaissance du niveau licence pour les infirmiers.

Avec la création des IPA, c’est l’exercice même du métier qui évolue. Au-delà du complément de formation, il s’agit ici de reconnaître le haut niveau de maîtrise du soignant ainsi que ses compétences, afin de lui accorder plus d’autonomie.

Infirmier en pratique avancée (IPA)

« La pratique avancée » pour les auxiliaires médicaux existe déjà dans de nombreux pays.

En France, c’est en 2018 que les premières formations sont mises en place pour les infirmiers.

Pour le Ministère des Solidarités et de la Santé, l’objectif est double : « Améliorer l’accès aux soins ainsi que la qualité des parcours des patients en réduisant la charge de travail des médecins sur des pathologies ciblées. »

ipa pratique avancee

Que dit la loi ?

C’est avec la « Loi de modernisation du système de santé » de Janvier 2016, qu’est introduit le statut de l’IPA. Il faut attendre le décret n° 2018-633 du 18 Juillet 2018, pour créer le diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée. Le décret n° 2018-629 du 18 Juillet 2018 pose les conditions d’exercice des IPA.

Les premières promotions d’infirmiers entrent donc en formation de pratique avancée, à la rentrée 2018.

Mais sous quelles conditions ?

  • Le professionnel doit être titulaire du diplôme d’État infirmier ou tout autre diplôme et certificat permettant l’exercice de la profession d’infirmier en France.
  • Les titulaires de diplôme d’État d’infirmier en secteur psychiatrique (ISP) peuvent prétendre à la formation d’infirmier en pratique avancée, mais seulement dans la spécialité « santé mentale et psychiatrie ».
  • Les modalités d’admission sont définies et organisées par chaque établissement accrédité à délivrer le diplôme d’IPA.

À savoir :

  • Ce diplôme est accessible en formation initiale, comme en formation professionnelle continue.
  • Il peut être obtenu en suivant une formation d’enseignement supérieur (VES) ou en validation des acquis de l’expérience (VAE), notamment pour les IDE titulaires d’un diplôme universitaire (DU).

Les différents domaines

Cette formation qualifiante se déroule sur 2 ans et donne accès à un diplôme reconnu grade Master.

La 1ère année est un tronc commun avec divers enseignements :

  • Sciences infirmières et pratique avancée
  • Responsabilité, éthique, déontologie
  • Clinique, santé publique
  • Recherche

La spécialisation dans un domaine des pratiques avancées se fait en 2ème année :

  • Pathologies chroniques stabilisées et poly-pathologies courantes en soins primaires
    • L’accident vasculaire cérébral, l’artériopathie chronique, la cardiopathie et la maladie coronaire, les diabètes de type 1 et 2, l’insuffisance respiratoire chronique, la maladie d’Alzheimer et autres démences, la maladie de Parkinson et l’épilepsie
  • Oncologie et hémato-oncologie
  • Maladie rénale chronique, dialyse et transplantation rénale
  • Santé mentale et psychiatrie
  • +/- Médecine d’urgence à partir de Septembre 2021, en cours de négociation
  • +/- Gérontologie, également en discussion

Deux stages sont effectués durant la formation, 2 mois en 1ère année, et 4 mois en 2ème année.

Un mémoire doit être rédigé puis soutenu en fin de formation.

C’est la validation des enseignements théoriques, des stages et du mémoire, qui conditionne la validation du diplôme avec la mention choisie.

IPA

Où en est-on ?

Fin 2021, la France devrait comptabiliser 1000 IPA. L’objectif est de 5000, d’ici 2024.

Une fois diplômé et enregistré auprès de l’autorité compétente, l’IPA justifiant d’au moins 3 ans d’exercice en tant qu’infirmier, peut exercer en pratique avancée :

  • En ambulatoire, en CMP, en centre de santé
  • En libéral en lien avec le médecin traitant
  • En assistance d’un médecin spécialiste
  • Au sein d’une équipe de soins primaires coordonnée par un médecin
  • En établissement de santé, en établissement médico-social, toujours au sein d’une équipe de soins coordonnée par un médecin

L’IPA travaille dans le cadre d’un protocole d’organisation établi en concertation avec le médecin référent. « L'infirmier exerçant en pratique avancée apporte son expertise et participe, en collaboration avec l'ensemble des professionnels concourant à la prise en charge du patient ».

Les compétences élargies des IPA et leurs conditions d’exercice sont définies dans le décret n°2018-629 du 18 Juillet 2018.

Selon la spécialité de leur diplôme, ils peuvent pratiquer une prise en soin holistique du patient, avec la capacité de pratiquer un bilan, une anamnèse, un suivi, des prescriptions, une surveillance et un repérage de situations à risques. Ils sont également habilités à réaliser des actes techniques, le renouvellement de prescription, la conception, la mise en œuvre de projets d’éducation thérapeutique ou d’actions de prévention, etc. (cf. Annexe 1 de l’arrêté du 18 juillet 2018 relatif au régime des études en vue du diplôme d'État d'infirmier en pratique avancée)

Le médecin et l’IPA partagent les informations nécessaires au suivi du patient. L’IPA a accès au dossier médical et le médecin est tenu informé de ses interventions.

L’IPA peut et doit s’adresser au médecin dès qu’il le juge nécessaire.

IADE

IPA et Infirmier spécialisé

Suite au projet d’une mention « médecine d’urgence » et de la création d’une grille salariale des IPA, les IADE (Infirmiers Anesthésistes Diplômés d’Etat) ont demandé leur reconnaissance en pratique avancée.

En effet, les IADE sont également reconnus au grade master, contrairement aux IBODE (Infirmiers de Bloc Opératoire Diplômés d’Etat) et IPDE (Infirmières Puéricultrices Diplômées d’Etat) qui sont encore dans un travail de réingénierie. Ces spécialités ont, elles aussi, des compétences spécifiques et une certaine autonomie dans leur exercice.

Malgré le vote des sénateurs, en février 2021, favorable à la reconnaissance des pratiques avancées pour les IADE, le 18 mars 2021, l’assemblée nationale a rejeté l’article qui aurait pu faire des IADE des auxiliaires médicaux de pratiques avancées.

Pour le gouvernement, les infirmiers spécialisés travaillent directement sur prescription du médecin et n’ont pas d’autonomie dans leur prise en soin du patient, condition nécessaire à la reconnaissance en pratique avancée.

TELECHARGER L'APPLICATION REVINAX NURSES

Souscrivez à notre newsletter pour être informé du futur de l'apprentissage